Go Back To School / 9 février – 28 février

Go Back To School / 9 février – 28 février

Ils ont recouvert des centaines de murs de leurs tags, de leurs blazes, nouveaux vandales urbains, outlaws de l’art, se sont fait un nom à force de bombes aérosol et sont devenus de grands noms du lettrage.

Ils ont voulu exister sur les surfaces bétonnées et aseptisées. Peu à peu, leurs noms s’est accompagné d’un style, d’une marque, d’un trait.
Pourchassés de nuit comme de jour par les flics des villes comme de la ferrovière, ils ont appris à conjuguer la forme et la rapidité d’exécution. Et curieusement, à force de provoc et de jeu de cache cache avec les forces de l’ordre, ils ont réinventé la calligraphie.
Go back to school! une exposition consacrée au lettrage.

Chaque artiste propose deux oeuvres, un alphabet et sa signature. L’occasion de découvrir le style old school, ou le freestyle, le throw up ou le bubble, parmi tant d’autres écritures et lettrages.

Avec : Bond Truluv César Bilavie Dater127 EKTO FAKER Benoit Henry-bøwJeroo Jupe Nask The Art of Nasty Daniel Blomqvist Roys32 Smash 137Said Dokins Teos Art Wilo Welsch

Les artistes

NASTY

Il est considéré comme un exemple fort de la légitimation du graff dans l’art contemporain notamment par la valorisation de ses performances dans la définition des prix des œuvres. Au sujet des critiques de cette posture artistique (émanant du milieu des graffeurs) il répond : « Les autres peuvent dire ce qu’ils veulent, me traiter de vendu si ça les amuse, mais avant de vendre des toiles, j’ai fait le boulot [de graffeur] dans les règles de l’art. » A ce propos, il est cité dès la fin des années 1990 dans Le Triple Jeu de l’art contemporain de Nathalie Heinich, comme à même « d’être le théoricien de son propre travail » et donc de sereinement opérer le glissement du graff vers l’art contemporain.

SMASH 137

C’est le blaze de l’artiste bâlois Adrian Falkner. Peintre, sculpteur et designer.  Il  vit et travaille actuellement à Bâle en Suisse. C’est très jeune, à l’âge de onze ans, qu’il s’initie au Graffiti et réalise ses premiers Graffitis sur des trains et sur les murs avoisinants la Gare ferroviaire de Bâle. Il apporte fraîcheur et couleurs aux murs triste de sa ville natale. Depuis 2002, il est membre de la  Montana Writer Team (un groupe de writers sponsorisé par une marque de bombe aérosol Montana Cans) et a participé à de multiples collaborations. Globe-trotter insatiable, il est féru de voyages (Barcelone, Berlin, New-York, Detroit, Rio) et laisse la trace de son passage un peu partout à travers le monde. Le musée des Beaux-Arts de Bâle l’invite à exposer son travail dès 1997, ce qui lui ouvre les portes des galeries et des musées.

Said Dokins

Il vit et travaille à Mexico. Lauréat du prix de  l’Iberoamerican Contemporary Art Creation de Cadiz en 2015, il est exposé dans de nombreux pays comme l’Espagne, l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, l’Argentine, le Brésil… Il s’inspire de la calligraphie médiévale, de l’énergie et de l’expression de la calligraphie japonaise, créant une poésie au lettrage abstrait.

A découvrir à partir du 9 février.